Etudiants

Home Le Groupe Etudiants

Le groupe de recherche en HTAP offre un environnement de formation extraordinaire et valorisant grâce à la richesse de ses professeurs et de son personnel hautement qualifié. Notre groupe est internationalement reconnu pour ses travaux de recherche translationnelle.

Les étudiants sont les vecteurs qui permettent à la recherche fondamentale d’évoluer pour aboutir à des essais cliniques. Effectuer ses études graduées et post graduées dans le groupe de recherche en HTAP permet à nos étudiants de laisser une empreinte dans l’histoire de la compréhension et du traitement des maladies vasculaires. Nombre de nos étudiants ont gagné des prix nationaux et internationaux prestigieux, publient dans les meilleures revues scientifiques du domaine et sont voués à un avenir brillant.

Professeurs invités

image-box
Dr Yankin Niu

Post doctorat

image-box
Dr Keiko Yamamoto
image-box
Dr Yukimitsu KUWABARA

Doctorat

image-box
Alice Bourgeois
image-box
Victoria Toro
image-box
Charles-Antoine Guay
image-box
Charlotte Romanet
image-box
Yann Grobs
image-box
Reem El Kabbout
image-box
Antonella Abi Sleimen
image-box
Sarah-Ève Lemay

Maîtrise

image-box
Annie Christine Lajoie
image-box
Simon Lemieux
image-box
Manon Mougin

Le succès de notre groupe passe par le travail d’une équipe
de chercheurs, de professionnels et d’étudiants dévoués.
Chaque jour, chacun d’entre eux contribue à notre réussite.

Sébastien Bonnet, PhD

Yankin Niu, PhD.

Professeure invitée

Yankin est une professeure agrégé spécialisée dans l’ARN non-codant et l’hypertension artérielle pulmonaire au Life Science College de l’Université de Shenzhen en Chine. Elle a commencé ses recherches sur l’hypertension pulmonaire à l’Université de Shenzhen en 2015 en tant que boursière post-doctorale. Elle possède une vaste expérience dans la conduite d’expériences de base et dans l’enseignement.

En 2023 elle rejoint le groupe de recherche en HTAP à l’IUCPQ en tant que professeure invitée afin d’explorer les cibles de micro-ARN contribuant au développement de l’hypertension pulmonaire.

Yukimitsu Kuwabara, PhD.

Étudiant postdoctoral

Après avoir obtenu son diplôme de médecine (M.D.) à l’Université de Kyushu en 2009, Yukimitsu débute sa carrière en tant que cardiologue en 2011 à l’hôpital Universitaire de Kyushu à Fukuoka au Japon. Durant ces années, il étudie également en recherche fondamentale et en 2019 il obtient son diplôme de doctorat (Ph.D.) sur le rôle du récepteur de la thrombine (PAR1) dans l’hypertension pulmonaire. Il est actuellement un membre certifié de la “Japonese Circulation Society”. En Mai 2023, il se joint au groupe de recherche en Hypertension à l’IUCPQ en tant que chercheur post-doctoral sous les directions des Drs Bonnet et Boucherat afin de poursuivre les études sur les mécanismes de la défaillance cardiaque droite en hypertension artérielle pulmonaire.

Manon Mougin, Bac.

Étudiante à la maîtrise

Originaire de Belfort en France, Manon s’est intéressée très rapidement aux domaines des sciences. Elle passe son baccalauréat (DEC.) scientifique en 2018 avant de suivre deux années de médecine ou elle découvre le milieu de la recherche et de la biologie. Elle poursuit alors son parcours par une licence (BAC.) en biologie moléculaire, biochimie et physiologie humaine à l’Université de Besançon (France) qu’elle obtient en 2022. En septembre 2022 elle se joint à l’équipe des Drs Bonnet et Boucherat pour une maitrise en médecine moléculaire à l’Université Laval. Elle travaille présentement sur le rôle d’une protéine nommée l’Aurora-Kinase en hypertension.

Antonella Abi Sleimen, M.Sc.

Étudiante au doctorat

À venir

Reem El Kabbout, M.Sc.

Étudiante au doctorat

Après avoir obtenu sa licence en Biologie à l’Université Libanaise, Reem, l’enthousiaste biologiste, a poursuivi son Master 1 en Biologie Cellulaire et Moléculaire, puis son Master 2 en Biotechnologies appliquées. Durant ses études, elle a effectué un stage de 6 mois, en collaboration avec le Laboratoire d’Ingénierie des Biomolécules en France, sur la Metagénomique et la bioinformatique. Durant ce stage elle a amélioré ses compétences en bioinformatique et elle a développé plusieurs tutoriels pour l’utilisation des plateformes d’analyses metagénomiques (e.g FROGS, Galaxy et R). Et grâce à ses projets académiques antérieurs, Reem a confirmé son intérêt pour le domaine de la recherche scientifique. En Octobre 2021, elle a eu l’opportunité de poursuivre ses études doctorales et de rejoindre le groupe de recherche en hypertension pulmonaire en tant qu’étudiante au doctorat sous la direction du Dr. François Potus. Son projet porte principalement sur l’étude de l’effet de la methylation de l’ADN, un mécanisme épigénétique, sur la progression de l’hypertension artérielle pulmonaire. Elle travaille également sur plusieurs projets bio-informatiques et RNA-seq du groupe de recherche.

Keiko Yamamoto, M.D., Ph.D.

Étudiante postdoctorale

Après avoir obtenu un baccalauréat en Psychologie en 1996, Keiko Yamamoto a complété son internat en pneumologie après avoir obtenu son diplôme de médecine à l’Université Teikyo à Tokyo au Japon en 2011. En 2014, elle entre à l’Université de Chiba pour y faire de la recherche fondamentale et clinique sur l’hypertension artérielle pulmonaire et l’hypertension pulmonaire thromboembolique chronique ce qui lui vaut son diplôme de PhD en 2019. C’est en 2020 que Keiko Yamamoto se joint au groupe de recherche en hypertension pulmonaire de Québec pour y poursuivre ses recherches en hypertension.

Alice Bourgeois, M.Sc.

Étudiante au doctorat

Diplômée du baccalauréat en biologie à l’Université Laval, elle a d’abord intégré l’équipe du groupe de recherche en hypertension artérielle pulmonaire en tant que stagiaire d’été. Au cours de son baccalauréat, ses intérêts se sont rapidement portés vers la biologie cellulaire et la recherche médicale. Le stage effectué dans l’équipe n’a fait que confirmer et renforcer ses intérêts pour la recherche en physiopathologie. Elle a ainsi décidé de poursuivre son travail et de se joindre au groupe de recherche pour y effectuer sa maîtrise à partir de janvier 2017. Au fur et à mesure que ses projets ont évolués, la curiosité et son intérêt l’ont incité à poursuivre ses études au doctorat afin d’approfondir ses connaissances dans cette pathologie. Son projet principal de doctorat vise à comprendre l’implication de facteurs épigénétiques en hypertension artérielle pulmonaire et identifier de nouvelles cibles thérapeutiques. Grâce à l’expérience acquise au cours des dernières années, elle a également eu l’opportunité d’occuper des fonctions de professionnelle de recherche en parallèle à ses études.

Charles-Antoine Guay, M.D., M.Sc.

Étudiant au doctorat en épidémiologie clinique - avec mémoire,
Étudiant en médecine, Université Laval

Dr Guay est un médecin résident en santé publique et médecine préventive à l’Université de Sherbrooke et candidat au doctorat en épidémiologie à l’Université Laval. Il a intégré en 2015 le groupe de recherche en hypertension pulmonaire de l’IUCPQ. Tout en poursuivant ses études en médecine, il a d’abord réalisé une maîtrise en épidémiologie clinique pour laquelle il a obtenu une bourse de leadership et développement durable de l’Université Laval en 2016 avant de se lancer au doctorat en épidémiologie alors qu’il entamait sa formation médicale spécialisée en santé publique et médecine préventive en 2019. Ultimement, son objectif est d’apprendre et de s’épanouir au sein du groupe de recherche dans le but de devenir un meilleur médecin plus près de sa communauté.

Charlotte Romanet, M.Sc.

Étudiante au doctorat

Originaire de Montpellier en France, Charlotte a suivi un parcours scientifique assez atypique. Après le baccalauréat en 2010, elle est passée par les classes préparatoires avec un BTS « Analyses Biologiques et Biotechnologiques » dans les poches pour devenir vétérinaire. Elle a ensuite effectué une Licence Professionnelle à l’Université Claude Bernard à Lyon intitulée « Physiologie et Physiopathologie appliquée à la Pharmacologie » en alternance avec un travail dans l’industrie pharmaceutique chez Sanofi R&D. Après son Master « Sciences du Médicament appliquées à la Pharmacologie » à Strasbourg  en 2016, elle a occupé un poste d’ingénieure en pharmacologie in vivo chez Sensorion Biopharmaceutique spécialisée dans les troubles de l’oreille interne jusqu’en juillet 2019.

Victoria Toro, M.Sc.

Étudiante au doctorat

Originaire de France et diplômée d’une maitrise en Physiologie intégrative spécialisée en régulations cardiovasculaires métaboliques et nutritionnelles, Victoria a côtoyé le milieu de la recherche clinique et du fondamental. Son stage au CRNH Rhône Alpes en France centré sur la pathologie de l’obésité lui a permis d’observer et d’apprendre la minutie et la complexité de la recherche clinique. Son stage au sein du laboratoire HP2 à Grenoble sur l’étude de l’impact des cellules musculaires lisses vasculaires dans des conditions de normoxie ou d’hypoxie intermittente, puis de son stage au CRIUCPQ en 2019 sur les interactions entre les hormones ovariennes et la corticostérone sur le contrôle cardio-respiratoire lui ont permis de développer un goût prononcé pour le recherche médicale fondamentale et d’attiser sa curiosité.

C’est donc dans une belle continuité qu’elle a décidé de poursuivre un doctorat en sciences cliniques et biomédicales en hypertension artérielle pulmonaire. Elle rejoint le groupe de recherche en octobre 2019 où elle étudie présentement l’impact du cancer du sein sur la pénétrance de l’HTAP chez des individus possédant la mutation BMPR2.

Yann Grobs, M.Sc.

Étudiant au Doctorat

Originaire de Montpellier (France), Yann a obtenu une licence en biologie de la santé avant de se spécialiser en microbiologie et immunologie au cours de son master à l’Université de Montpellier II. Lors de son stage à l’Institut français de Recherche pour le Développement sur la diversité génétique du VIH (IRD), il a développé un intérêt particulier pour la recherche translationnelle et plus particulièrement pour la physiologie des systèmes cardiovasculaires et respiratoires. L’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) étant une des complications d’une infection par le VIH, en 2019 il a rejoint avec enthousiasme le groupe d’HTAP de Québec dirigé par les Prs Sébastien Bonnet et Steeve Provencher afin d’y réaliser un doctorat sous la supervision du Dr Bonnet. Après avoir étudié l’implication du facteur de transcription FOXO3 dans le développement de l’HTAP, son intérêt pour la physiologie cardiaque grandissant, il poursuit actuellement ses travaux sur le remodelage vasculaire coronarien.

Annie Christine Lajoie, M.D.

Moniteur Clinique – Programme de recherche en maladies respiratoires du sommeil
Étudiante à la maîtrise en épidémiologie clinique (Université Laval)

Après l’obtention de son diplôme de pneumologie en octobre 2019, Dr. Lajoie a poursuivi une formation de recherche en maladies respiratoires du sommeil à l’Université McGill, tout en complétant parallèlement une maîtrise en épidémiologie clinique à l’Université Laval (directeur : Dr. Steeve Provencher).

Ses intérêts de recherche comprennent les maladies respiratoires du sommeil, notamment l’apnée obstructive du sommeil, les maladies vasculaires pulmonaires et l’interaction entre ces deux entités. Elle est récipiendaire d’un prix de recherche de la Société Canadienne de Recherches Cliniques pour ses travaux réalisés au cours de sa résidence en médecine (2019). Plus récemment, elle a été récipiendaire de la prestigieuse Bourse McLaughlin du doyen (Université Laval – 2019 et 2020).

Dr. Lajoie bénéficie du soutien financier du programme ASPIRE de l’American Thoracic Society (2020-2021). Elle a joint l’équipe de pneumologie dès l’automne 2021 suite à la complétion de sa formation complémentaire en recherche clinique.

Sarah-Ève Lemay, M.Sc.

Étudiante au doctorat

Sarah-Ève a joint l’équipe du groupe de recherche en hypertension pulmonaire dans le cadre de deux stages réalisés à l’automne 2019 et l’été 2020. Elle est titulaire d’un diplôme du baccalauréat en pharmacologie de l’Université de Sherbrooke.  Cette initiation à la recherche lui a permis de confirmer ses intérêts pour la physiologie humaine et la recherche médicale, la motivant à poursuivre son cursus universitaire à la maîtrise. C’est avec enthousiasme qu’elle débuta sa maîtrise en janvier 2021 en sciences cliniques et biomédicales, durant laquelle elle a pu approfondir ses connaissances sur l’hypertension artérielle pulmonaire. En mai 2022 Sarah-Ève passe en passage accéléré au doctorat, et travaille actuellement sur le rôle des voix de signalisation de l’hypusine et des intégrines en hypertension artérielle pulmonaire.

Simon Lemieux, M.D.

Étudiant à la maîtrise en épidémiologie clinique avec mémoire - Université Laval
Résident en radiologie diagnostique - Université Laval

Simon a débuté une maîtrise en épidémiologie clinique avec mémoire en 2017 (directeur : Dr. Steeve Provencher) de manière concomitante à sa résidence en radiologie diagnostique. Son champ d’intérêt en recherche concerne les procédures de radiologie d’intervention en oncologie thoracique et abdominale. Il souhaite orienter sa recherche au sein du département de radiologie de l’Université Laval vers l’application clinique de nouvelles technologies. Notamment, Simon vient de s’impliquer dans un projet qui vise à déterminer l’utilité de l’intelligence artificielle dans la création d’imagerie par résonance magnétique à partir d’images tomodensitométriques. Simon est lauréat de la bourse Réginald-Langelier (2019-2020) pour sa présentation orale au congrès du RSNA 2019, à Chicago. Après une formation complémentaire en radiologie abdominale à l’Université de Stanford, Simon se joindra à l’équipe de radiologiste de l’hôpital Saint-François-d’Assise.