Anciens étudiants

PHRG Le Groupe Anciens étudiants

Avoir étudié dans le groupe de recherche en HTAP de Québec est un gage de réussite pour nos doctorants et post doctorants. Plusieurs ont gravi les échelons pour devenir chercheurs indépendants, médecins, professionnels de recherche ou ont poursuivi leurs études post-doctorales.

image-box
Benoît Ranchoux

Étudiant postdoctoral
(2015-2018)

image-box
Jolyane Meloche

M. Sc. et Ph. D.
(2010-2018)

image-box
Simon Malenfant

M. Sc. et Ph. D.
(2010-2016)

image-box
Junichi Omura

M.D. et Ph. D.
(2018-2020)

image-box
Virginie F. Tanguay

M. Sc.
(2015-2020)

image-box
Marie-Claude Lampron

M. Sc.
(2016-2018)

Autres anciens étudiants
  • Marjorie Barrier, Ph. D. (2010-2013)
  • Sophie Chabot, M. Sc. (2015-2017)
  • Audrey Courboulin, Ph. D. (2008-2013)
  • Maria Helena Jacob, stage post-doctoral (2010-2012)
  • Caroline Lambert, M. Sc. (2008-2010)
  • Marius Lebret, Ph.D. (2019-2020)
  • Marie Le Guen (2014-2015)
  • Vincent Mainguy, M. Sc. et Ph. D. (2006-2012)
  • Anne-Sophie Neyron, M. Sc. (2011-2014)
  • Roxane Paulin, Ph. D. (2008-2011)
  • Aude Pflieger  (2013-2014)
  • Sébastien Renard (2011-2012)
  • Grégoire Ruffenach, Ph. D. (2013-2016)
  • Mylène Vaillancourt, M. Sc. (2012-2015)
  • Jérôme Vinck, M. Sc. (2013-2014)

Le succès de notre groupe passe par le travail d’une équipe
de chercheurs, de professionnels et d’étudiants dévoués.
Chaque jour, chacun d’entre eux contribue à notre réussite.

Sébastien Bonnet, PhD

Benoît Ranchoux, Ph. D.

Étudiant postdoctoral (2015-2018)

Après un diplôme d’ingénieur en biotechnologies à l’Ecole de Biologie Industrielle (EBI) de Cergy-Pontoise (France), Benoît Ranchoux a effectué un doctorat en physiopathologie cellulaire et moléculaire à l’Université Paris-Sud (France) sous la direction des docteurs Cohen-Kaminsky et Perros. Durant sa thèse à l’unité Inserm UMR-S999 du professeur Marc Humbert, il a démontré qu’une transition de phénotype des cellules endothéliale en cellules mésenchymateuse (transition endothélio-mésenchymateuse) était impliquée dans le remodelage des petites artérioles pulmonaires dans l’HTAP. Il a enfin travaillé sur les effets des chimiothérapies alkylantes sur le lit vasculaire pulmonaire et le développement d’une maladie veino-occlusive pulmonaire (MVOP). Ces travaux ont permis d’identifier le cyclophosphamide et la mitomycine comme des inducteurs potentiels de MVOP et ont conduit au développement des premiers modèles de MVOP expérimentale chez la souris, le rat et le lapin.

Il a rejoint en 2015 le groupe de recherche en hypertension pulmonaire du centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ), en tant que stagiaire postdoctoral afin de continuer sa spécialisation en HTAP.

Jolyane Meloche, Ph. D.

Diplômée de doctorat en médecine expérimentale, Université Laval

Bachelière en microbiologie de l’Université Laval, Jolyane a effectué un stage dans le laboratoire du Dr. Bonnet pour y découvrir une passion et y poursuivre son cursus dans le cadre de sa maîtrise. Pendant ses études collégiales, Jolyane avait fait des stages de recherche au centre iCAPTURE de Vancouver sur les MPOC. Elle a donc pu parfaire ses connaissances sur une autre maladie pulmonaire qu’est l’HTAP.

Simon Malenfant Ph. D.

Ph. D. en kinésiologie, Université Laval

Pendant ses études au doctorat, Simon s’est intéressé aux déterminants de l’intolérance à l’effort en HTAP. Il a mis à contribution sa formation en physiologie de l’exercice pour s’attarder à l’impact des anomalies de la circulation musculaire périphérique en HTAP, de la ventilation et de la saturation systémique en oxygène. Le raffinement de des connaissances en physiologie de l’exercice et l’établissement de nouvelles méthodes d’investigation touchant l’incapacité vécue par ces personnes à réaliser un effort physique permettront d’explorer de nouvelles cibles thérapeutiques et ainsi améliorer leur capacité à l’effort et leur qualité de vie.

Junichi Omura, M.D., Ph.D.

Étudiant postdoctoral

Après avoir obtenu mon diplôme en Médecine (M.D), Junichi a complété sa médecine interne et son Fellowship en cardiologie au Japon. Durant ces années, il a pratiqué des soins chez des patients atteints d’hypertension pulmonaire. Les diverses interactions avec les patients ont développé sa passion pour la recherche scientifique fondamentale afin d’améliorer les soins apportés chez les patients. En 2013, Junichi a débuté des études doctorales en médecine à l’université Tohoku au Japon.

Virginie F. Tanguay, M. Sc.

Étudiante à la maîtrise en médecine expérimentale, Université Laval

Cela fait déjà un an que je travaille comme stagiaire de recherche avec le groupe de recherche en hypertension artérielle pulmonaire et c’est avec enthousiasme que j’entreprends la maîtrise en médecine expérimentale. Complétant parallèlement mon doctorat en médecine, je suis convaincue que ce cursus saura m’outiller adéquatement pour faire face à d’éventuels défis, autant en clinique qu’en recherche et fera de moi une clinicienne plus complète et polyvalente encore. En bref, la maîtrise représente pour moi une opportunité de me développer professionnellement ainsi que la possibilité de m’engager encore plus face à mes futurs patients.

Prix/Bourse

2016

Marie-Claude Lampron, M. Sc.

Titulaire d’un baccalauréat en biologie et d’un certificat en biotechnologie de l’Université Laval, Marie-Claude s’est développée un goût pour la recherche. Ses études lui ont permis de découvrir les différents aspects des sciences de la vie, autant au niveau théorique que pratique. L’opportunité de faire une maîtrise avec la chercheure Roxane Paulin a confirmé son désir de poursuivre dans le domaine de la santé et d’exploiter son grand intérêt pour la biologie moléculaire.