ul

L'hypertension pulmonaire

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’hypertension pulmonaire (HTP) est une maladie chronique et progressive caractérisée par une augmentation de la pression sanguine dans les artères pulmonaires qui acheminent le sang provenant du cœur vers les poumons. L’augmentation de la pression rend le travail du cœur plus difficile causant des dysfonctions cardiaques.

L’hypertension pulmonaire est une maladie vasculaire complexe pour laquelle la gamme de traitements est limitée; la mortalité et la morbidité des patients atteints demeurent élevées. Il est donc nécessaire d’acquérir une bonne compréhension des mécanismes responsables de la pathogénèse de cette maladie afin de pouvoir offrir aux patients un meilleur éventail de traitements.

L’hypertension pulmonaire (HTP) est définie par une pression artérielle pulmonaire (PAP) moyenne de plus de 20 mm Hg au repos. L’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) nécessite également une pression d’occlusion de l’artère pulmonaire (PAPO) de moins de 15 mm Hg et une résistance vasculaire pulmonaire (RVP) de plus de 240 dyne.sec/cm-5 (3 unités Woods). Ces pressions sont mesurés par cathétérisme cardiaque.

Lorsque l’HTAP se manifeste seule et sans que la cause soit connue, on parle d’HTAP idiopathique. Elle est plus fréquemment associée à d’autres maladies telles que les maladies du tissus conjonctif, les infections par le VIH, l’hypertension portale et les hémoglobinopathies. On connait peu de choses sur la pathogénèse de l’HTP. Puisque plusieurs de ses formes ont une histologie semblable, il est possible que des mécanismes pathophysiologiques communs les relient.

Le but de notre Groupe de recherche est d’identifier ces mécanismes et de développer de nouvelles approches thérapeutiques pour combattre l’HTAP.

Les études cliniques du Groupe sont donc centrées sur l’issue de la maladie, son traitement et son pronostic.

Les projets de recherche fondamentale et translationnelle portent sur l’usage des ressources moléculaires et des biomarqueurs pour identifier de nouvelles molécules pour une investigation plus poussée.

La mission du groupe

Améliorer la qualité de vie des patients souffrant d’hypertension pulmonaire en leur prodiguant les meilleurs soins disponibles assortis à une recherche innovatrice.

Le Groupe est présentement la référence pour la recherche fondamentale, translationnelle et clinique en hypertension pulmonaire au Canada. Les techniques de pointe disponibles ainsi que les nombreuses collaborations internationales offrent un univers de formation et de recherche exceptionnel.

Plus spécifiquement, la mission du groupe est d’élucider la pathogenèse de la maladie, d’identifier les mécanismes moléculaires impliqués et de développer de nouvelles approches thérapeutiques.

Recherche innovatrice

une équipe de recherche passionnée qui devient la référence pour
la recherche fondamentale, translationnelle et clinique en hypertension pulmonaire

54
chercheurs, professionnels et collaborateurs

Chercheurs, chercheurs associés, professionnels de recherche et collaborateurs

37
étudiants actuels ou anciens

Étudiants actuels au post-doctorat, au doctorat ou à la maîtrise et anciens étudiants

17
études cliniques

Études cliniques en cours en hypertension pulmonaire ou fibrose

215
publications

Publications par nos chercheurs et étudiants depuis la création du groupe

Sujets de recherche traités dans notre centre

  • Les altérations épigénétiques (méthylation, acétylation, ARN non codant, etc.) dans la pathogenèse de l’hypertension artérielle pulmonaire
  • Les mécanismes d’adaptation au stress en hypertension artérielle pulmonaire
  • Le remodelage bioénergétique en hypertension artérielle pulmonaire
  • La physiologie de l’exercice chez les patients atteints d’hypertension artérielle pulmonaire
  • Les défauts de l’angiogenèse périphérique en hypertension artérielle pulmonaire
  • Les mécanismes responsables de l’hypertension pulmonaire secondaire à la fibrose pulmonaire idiopathique
  • Les mécanismes responsables de l’hypertension pulmonaire secondaire à une pathologie du coeur gauche